La surabondance des mots de passe

AuthentificationAvec les technologies de l’information et de la communication qui prennent de plus en plus de place dans nos vies, nous devons gérer l’accès à plusieurs sites ou dispositifs (tablettes ou téléphones) qui sont protégés par un mot de passe. Bien souvent, nous détenons plus d’un mot de passe pour l’ensemble de ces sites. Alors comment conserver de façon sécuritaire l’ensemble de nos mots de passe afin de ne pas les oublier?

Selon Microsoft, le commun des mortels a accès en moyenne à au moins 25 sites avec mot de passe. Or, les spécialistes en sécurité conseillent d’avoir un mot de passe différent pour chacun d’eux. Si on ajoute à ce fait qu’un bon mot de passe devrait compter au moins huit caractères et inclure des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des symboles, il faudrait trouver une alternative à notre mémoire. Par contre, en lisant la liste de mots de passe les plus populaires de 2013, on s’aperçoit très rapidement que de nombreux internautes font fi de ces recommandations.

Les mots de passe les plus populaires de 2013 (l’intégralité du classement est disponible sur Splashdata.com) :

  1. 123456
  2. password
  3. 12345678
  4. qwerty
  5. abc123

L’alternative à la mémoire qui est proposée par les spécialistes consiste à écrire sur un bout de papier nos mots de passe et de les cacher à un endroit sécuritaire. En fait, le papier constitue une meilleure solution qu’un support électronique, car le papier ne peut pas être piraté. Toutefois, devoir sortir un bout de papier de son portefeuille ou d’une boîte à chaussure bien au fond d’une garde-robe peut devenir rapidement ennuyeux. C’est pour cette raison que des développeurs se sont penchés sur cette problématique.

Voici quelques-unes des solutions qui sont offertes ou qui vous seront bientôt offertes :

PasswordBox : Gestionnaire de mots de passe gratuit

La solution québécoise PasswordBox constitue une solution très intéressante pour conserver vos mots de passe, car elle permet de conserver au même endroit tous vos mots de passe. De plus, elle se décline sous la forme d’une application mobile et d’un plug-in. Elle peut donc être installée dans votre navigateur Web ou dans votre téléphone intelligent afin d’accéder facilement à chaque service avec des mots de passe distincts et élaborés.

Le bracelet Nymi

La société Bionym a eu l’idée d’utiliser le caractère unique du rythme cardiaque comme d’un mot de passe pour confirmer l’identité d’un individu. En combinant la biométrie et le concept « wearable technology », la société a conçu le bracelet Nymi qui permet de prendre le contrôle sans fil de votre ordinateur, votre téléphone intelligent, votre voiture et bien d’autres technologies. Or, cette innovation n’en est qu’à ses débuts, car, tout comme les Google Glass, elle est encore au stade exploratoire. Bionym propose elle aussi à des programmeurs un kit de développement (SDK) afin d’explorer le potentiel de cette nouvelle technologie d’authentification, ce qui permettrait peut-être de trouver une solution au problème de déverrouillage des appareils d’Apple. En effet, iOS n’offre pas d’API pour outrepasser l’écran de déverrouillage des appareils.

La « vitamine d’authentification »

Comparativement à Bionym, Motorola a choisi, quant à elle, d’utiliser l’estomac pour transformer le corps humain en énorme antenne. Aussi farfelu que cela semble l’être, la société propose une pilule qui une fois avalée s’active au contact de l’estomac. Toujours au stade expérimental, cette pilule a été toutefois approuvée par l’agence américaine des produits alimentaires. Il n’en reste pas moins que ladite pilule doit être ingurgitée chaque matin pour fonctionner.

En conclusion…

Pour l’instant, le papier et l’application PasswordPass sont les seules solutions pour libérer notre mémoire de la surabondance des mots de passe. Néanmoins, nous pouvons voir que le futur de l’authentification est actuellement au stade de recherche et développement. Il ne se trouve donc pas très loin.

Crédit photo : freedigitalphotos.net

Advertisements

À propos de chdemers

Après avoir terminé son baccalauréat en études anglaises et interculturelles à l’Université Sherbrooke, Charles Demers est devenu rédacteur chez d’Astous Groupe Conseil. Depuis 2010, il rédige des documents techniques pour des demandes de crédits d’impôt à la recherche scientifique et développement expérimental (RS&DE). Il est aussi blogueur. Ses sujets de prédilections se rapportent à la cuisine, les technologies, les crédits d’impôt, et le cinéma.
Cette entrée, publiée dans Innovations, Mieux Comprendre, Mieux Agir!, Technologie, est marquée , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s